Traitement des Lésions Bénignes de la Peau

CHIRURGIE DE LA PEAU

Chirurgie des Lésions Bénignes de la Peau


La peau peut être le siège de nombreuses lésions cutanées bénignes, dont la justification principale à leur retrait est la gêne esthétique. 
Il en existe un grand nombre, de natures différentes, mais nous pouvons citer ici les plus fréquentes. 

Le nævus, ou grain de beauté, qui correspond à une tâche pigmentée, pouvant se trouver n’importe où sur le corps. De taille et de forme variable, ces lésions peuvent être gênantes sur le plan esthétique. Leur risque de transformation en tumeur maligne de type mélanome est souvent évoqué mais cette transformation reste exceptionnelle. 

Le lipome est une tumeur graisseuse bénigne, que l’on sent sous la peau sous la forme d’une boule de consistance molle et de taille variable. Les formes les plus volumineuses pourront justifier une imagerie préopératoire (échographie, IRM…) pour confirmer le diagnostic évoqué. 

Le kyste sébacé est également une boule, dont la localisation est plus superficielle que le lipome, souvent enchâssé dans l’épaisseur même de la peau. Le principal risque du kyste sébacé est la surinfection. Il est important de noter ici qu’un kyste infecté n’est pas à retirer. L’objectif du traitement est d’évacuer l’infection par une incision et laisser ensuite le kyste cicatrisé. Une fois l’infection traitée et l’inflammation disparue, le kyste pourra ensuite être retiré entièrement. Ceci s’explique par un risque de complications, notamment cicatricielle, augmenté en cas de chirurgie sur une zone inflammatoire. 

Les loupes sont des lésions très proches des kystes sébacés décrits précédemment, mais localisées au niveau du cuir chevelu. Leur traitement est comparable. 

La chirurgie des lésions bénignes de la peau présente certaines particularités à connaître:

  • Leur traitement n’est jamais une urgence, hormis la surinfection d’un kyste.
  • A la différence des lésions malignes de la peau, il n’y a pas de prélèvements de marges de sécurité en plus de la lésion.
  • Même si leur nature bénigne est évoquée sur l’examen clinique, il n’y a que l’analyse microscopique de la lésion qui pourra confirmer la nature précise de celle-ci.